Quand avez vous débuté dans le
métier ?

Quand je suis né, en mai 1980. Mes parents ont bâti leur maison 2 mois plus tôt en mars sur la vieille cave construite en 1930 par mon grand père, qui était déjà vigneron. Chez nous, on ne débute pas dans le métier, on nait dedans. Outre le terrain, j’ai suivi des études de viticulture et oenologie sur Montpellier et une école de commerce en agro industrie sur Bordeaux. J’ai fait quelques stages en Angleterre, à Bordeaux et en Australie avant de rejoindre le domaine familial à 22 ans.

Ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

La diversité des tâches à accomplir. Ce n’est pas un métier mais plusieurs métiers ; contact avec la nature avec le travail de la vigne, passion gustative et créatrice lors de la transformation du raisin en vin et du suivi de toutes les étapes par laquelle passe le vin lors de son élevage car c’est un produit vivant ; richesse humaine et culturelle dans la vente des vins aux 4 coins du monde. Tous les jours, je retravaille mes racines ; et en même temps je voyage à travers le monde.

Quels sont vos projets futurs ?

Nous délocalisons le domaine et construisons une nouvelle cave dans Châteauneuf-du-Pape. Celle-ci conserve les mêmes principes que l’ancienne mais sera plus fonctionnelle : enterrée dans le sol à 9m de profondeur, elle permettra aux vins en élevage d’être à température constante et d’avoir une hydrométrie élevée et naturelle. La vinification se fera en cuve béton par gravité via des extractions douces.

De plus, par des rencontres et des amitiés, nous sommes en train de créer un négoce d’achat de raisins provenant de grands terroirs inexploités qui deviendront des grands crus.

Un conseil pour bien choisir un vin ?

Le vin est une question de plaisir et le plaisir est personnel. C’est-à-dire qu’il est défini par notre propre palais. J’inviterai donc les amateurs à déguster lors de salons ou en visitant les domaines et d’acheter les vins qui leur plaisent. Si vous n’avez pas le temps de déguster, faites confiance à des professionnels cavistes artisanaux et passionnés qui sont nombreux dans la région.

Vos passions ?

Célébrer la vie, faire plaisir et se faire plaisir. Les gens qui aiment le vin, ce sont des gens qui aiment la vie, le partage, la fête.

Vos bonnes adresses ?

Les bonnes adresses dans la région ne manquent pas et il est difficile de faire un choix. Voici quelques adresses que je recommande à la fois pour leurs qualités gustative et humaine :

>> La Mère Germaine (Châteauneuf-du-Pape)
>> Le Verger des Papes (Avignon)
>> La Mule du Pape (Châteauneuf-du-Pape)
>> La Table de Sorgues (Sorgues)
>> Le CO2 (Avignon)
>> L’Agape (Avignon)
>> L’Hôtel de l’Europe (Avignon)
>> Christian Étienne (Avignon)
>> Maison Ripert (Avignon)
>> Hiély Lucullus (Avignon)
>> L’Oustau de Baumanière (Baux de Provence)
>> La Coquillade (Gargas)

Qu’est-ce qu’un bon vin ?

C’est un vin équilibré, qui a une bonne buvalité. Un vin qui me procure une émotion. Un vin avec une identité et des racines. Un vin qui fait voyager là où il a été produit. Atmosphère, histoire du vin, frissons, chair de poule.

Quelle est la bouteille qui t’a procuré le plus d’émotion ?

Châteauneuf-du-Pape Lou Destré d’Antan 1976. Mon père se retrouve seul à la tête du domaine, 1er millésime seul de Christian, sans son père. Bu pendant un repas truffe à Visan avec des clients, copains et des passionnés de vin. Année où tu commercialisais ton premier millésime et où tu avais 26 ans, comme ton père en 76. J’ai compris qu’un grand vin pouvait voyager dans les années ; que le vin pouvait procurer des émotions inégalées ; j’ai espéré pouvoir atteindre ce niveau de qualité et de longévité au moins une fois dans ma vie.

Mes 3 régions :

Barolo, Bourgogne, Rhône.
Terroirs alpins construits sur la finesse. Peu de tanins, très belle fraicheur et très bonne buvabilité.

Comment boire tes vins ?

L’important c’est d’ouvrir une bonne bouteille avec quelqu’un car c’est un moment de partage ; faire plaisir et se faire plaisir. Le reste est accessoire.

Que cuisines-tu ?

J’adore la cuisine et la viande. Plus salé que sucré. Plats gourmands et mijotés. J’aime les choses qui sont faites lentement et longtemps. Ma madeleine de Proust ce sont les gnocchis en sauce tomate mijotée faits main de ma grand-mère.

Quel est mon objectif ?

Essayer de faire aussi bien chaque année. Assurer la pérennité du vignoble pour les générations futures.

Domaine La Barroche
19, Avenue des Bosquets
84230 CHÂTEAUNEUF DU PAPE
06 62 84 95 79
contact@domainelabarroche.com
www.domainelabarroche.com

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser une Réponse