Laurent Durier

Meubles actuels, luminaires grandioses, tissus précieux, objets aux lignes parfaites… C’est dans un écrin résolument contemporain que nous allons à la rencontre d’un des derniers artistes à s’être installé dans la cité papale. Rencontre avec un homme de goût qui créé et s’entoure de belles choses…

Le Grand Déclic

Dès que l’on rencontre Laurent Durier, on ressent son profond amour pour l’art. Et pourtant… Bien que ce dernier peigne depuis l’âge de 8 ans, ce n’est que très tardivement, après ses études de pharmacie, de droit, d’histoire de l’art puis de notariat, après avoir exercé le métier de notaire durant trois ans, après toutes ces tentatives “de vie normale”, qu’il abandonnera tout pour se dédier entièrement à sa passion, la peinture. Est-ce que ce sont les encouragements de sa femme ou le temps de réflexion qui lui ont fait accepter l’évidence ? Mystère. Ce que l’on sait en revanche, c’est que Laurent Durier manquait sérieusement d’idées pour se convaincre qu’il n’était pas destiné à affronter ce qu’il y avait au plus profond de lui, son envie de créer.

Artiste International

Les premières oeuvres de l’artiste se font rapidement remarquer par un galeriste lyonnais et seront rapidement exposées dans plusieurs galeries de France et des États-Unis. Le secret de ce succès ? Laurent Durier n’attend pas paisiblement l’inspiration : il la provoque ! De nature rigoureuse, il passe de longues heures et s’acharne afin d’obtenir quelque chose de profond… “Ce n’est pas toujours facile, pas toujours du plaisir de peindre.” À force de repousser ses limites, de jouer avec les textures et les matières, ses expériences l’ont amené par hasard, à déjouer les lois de la nature en mélangeant
huile et eau. En effet, il a découvert une technique mixte, alliant peinture à huile, acrylique et résine à l’eau, le tout mélangé de pigments et de poudres de métaux oxydés par des acides. Le résultat est surprenant : les couches successives de glacis superposées font ressortir les couches supérieures pendant que l’oxydation du cuivre laisse apparaître des teintes bleutées, donnant une profondeur et une certaine transparence à l’ensemble de ses œuvres.

Autant dans la forme que dans le fond, l’artiste est pudique et choisit de ne pas tout dévoiler. Ayant comme thématique de départ le corps et le mouvement, il explore un sujet très complexe, celui de l’homme, de ses relations humaines et plus particulièrement de la complémentarité homme-femme. Abstraites et figuratives, ses œuvres portent un regard sur le fait de porter des masques pour se préserver du regard des autres.

“Je travaille beaucoup sur cette idée que les gens jugent la première image. La quasi-obligation de conformisme et de mimétisme tend vers une standardisation inquiétante. Être soi, tout simplement, être stable, rester droit, apparaît alors comme un véritable combat au milieu de la foule.”

La grande sensibilité musicale de Laurent Durier est complémentaire et essentielle à son processus de création. Il travaille en ce moment sur une série, où les pinceaux sont remplacés par des secousses infligées aux toiles : les matières sont alors fixées par des vibrations. Tel un chef d’orchestre, l’artiste donne le tempo alors que les matières créent, tout comme les musiciens, la magie de la composition. Bien qu’il maîtrise le geste, le résultat est toujours une surprise et ne dépend pas de lui.

“Je travaille beaucoup sur cette idée que les gens jugent la première image. La quasi-obligation de conformisme et de mimétisme tend vers une standardisation inquiétante. Être soi, tout simplement, être stable, rester droit, apparaît alors comme un véritable combat au milieu de la foule.”
Autant dans la forme que dans le fond, l’artiste est pudique et choisit de ne pas tout dévoiler. Ayant comme thématique de départ le corps et le mouvement, il explore un sujet très complexe, celui de l’homme, de ses relations humaines et plus particulièrement de la complémentarité homme-femme. Abstraites et figuratives, ses oeuvres portent un regard sur le fait de porter des masques pour se préserver du regard des autres.

Et comme le talent frappe souvent plus d’une fois la même personne, Laurent Durier est également très créatif lorsqu’il s’agit d’architecture intérieure. “Je n’ai pas envie de me priver de rien. Composer une toile ou un décor fait appel aux mêmes choses, aux mêmes sens.” Par l’intermédiaire de son magasin, Lignes Contemporaines, il propose une sélection de meubles design et aide ses clients à créer un univers qui leur corresponde. Bien qu’il éprouve un besoin viscéral de se retrouver face à ses toiles, c’est également dans l’échange, le partage et les rencontres humaines qu’il puise son équilibre.

À peine 10 ans de carrière de peintre et déjà tout un bagage artistique derrière lui, Laurent Durier prouve que c’est vital de faire ce qu’on aime, ce qui nous inspire. Ses œuvres touchantes, petits moments arrêtés sur des scènes de la vie, rappellent que pour vivre pleinement, il faut avoir le cran d’être soi et le courage d’être vrai.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser une Réponse