7 Rendez-vous à Honorer en Provence pour Noël

Traditions de Noêl en Provence - Les Santons

La période calendale reste sacrée et tout bon provençal se vante de respecter la fête de Noël, fête du renouveau, avec ses rites bien ancrés. « Noël vient, tout bien vient !».

La Sainte Barbe

On commence donc la grande fête de l’hiver, à la sainte Barbe, début décembre, en faisant germer le blé ou les lentilles qui apporteront un présage de prospérité pour l’année qui va bientôt s’ouvrir.

La Crèche

Puis on sort les petits santons de leur « boîte de carton » et on construit la crèche si emblématique du midi. Puisque Jésus est né en Provence et Yvan Audouard nous l’a confirmé !

Dans tous les cas, on raconte que cette tradition de la représentation de la nativité on la doit à St François dont la maman était de Tarascon. Grâce à la technique du moulage, le santon d’argile se multiplia dans la 2ème moitié du XVIIIème siècle et fleurit dans les foyers de Provence.

Les petits saints adorateurs présentent les caractères spécifiques des artisans et petits métiers de villages (ne manquez pas d’aller admirer les crèches aussi disposées dans nos églises et qui se transformeront le 2 février, à la chandeleur, en crèches blanches, pour la présentation de Jésus au temple).

La Table de Noël

Enfin, l’on dresse la table avec un rituel immuable les 3 nappes blanches, les 3 chandeliers, le pain béni et ses 12 petites miches.

Le Cacho-Fio

Dans la belle nuit de Noël, on respecte aussi le cacho-fio avec la bûche en fruitier qui annoncera une bonne année et qui est une belle occasion de réunir la famille (du plus petits aux plus anciens) autour de la cheminée.

Les 7 Plats et les 13 Desserts

La prospérité est aussi marquée par le gros souper, ses 7 plats et les 13 desserts (comportant les fruits du terroir) qui peuvent donc varier selon les localités, mais toujours, avec les 4 mendiants symbolisant les ordres ecclesiastiques selon leurs couleurs (figue, noix ou noisettes, amandes et raisins secs).

Les Pastorales

Si l’on a perdu les repères, voilà une bonne époque pour rappeler et raviver le sens et le pourquoi de ces traditions.

De même les pastorales sont toujours jouées dans le midi pour contribuer à ce rappel et faire perdurer la langue provençale.

Belles occasions de souligner les caractères bien trempés des méridionaux bon teint ! la « crèche au naturel » (la pastorale Maurel en 1843 était présentée ainsi) est un vrai théâtre populaire, une sorte d’opéra-comique au canevas remodelé chaque année ; sa fin est miraculeuse et édifiante ; tout le monde promet de se convertir au pied de l’enfant Jésus.

Elles se jouent depuis le 18ème siècle ; les santons montent sur la scène pour jouer et chanter les noëls provençaux (souvent de Saboly dont on célèbre le 400ème anniversaire).

Moment crucial de l’année pour les troupes d’amateurs qui font survivre les traditions et qui leur permet de proclamer leur identité.

N’hésitez pas à aller assister à une pastorale dans le langage local, la langue n’est pas une barrière mais au contraire un support à l’histoire que tout le monde connaît déjà ou peut comprendre. La Maurel est la plus classique parmi tous les auteurs (Audibert, Fourvières, Georges, Bernard, Chabran) il en existe des centaines et s’en écrit toujours notamment du côté de Valréas.

L’Épiphanie

Arrivés à l’Epiphanie ; la couronne couverte de fruits confits évoque bien la présence des rois mages à la crèche où ils sont venus adorer l’enfant ; la part de merveilleux et de magie est apportée par le hasard qui permet de gagner la fève si bien cachée dans le gâteau…

Depuis Origène, le nombre des rois est fixé à 3 pour les trois âges de la vie ! Melchior, de race blanche, symbolise la vieillesse et offre la myrrhe, réservée aux simples mortels, Gaspard de race noire, africaine, symbolise la jeunesse et offre l’encens réservé aux dieux et Balthazar, de race sémite, symbolise l’âge mûr, il offre l’or réservé aux rois. C’est bien ainsi, le peuple en marche pour adorer Jésus dans l’étable au centre de la sainte famille…

 

Agenda Avignon Janvier 2015

Marché de Noël Avignon

L’agenda des principaux évènements de l’hiver 2014-2015 en Avignon.

Le Marché de Noël

Décembre 2014

Personne ne résiste au charme du traditionnel Marché de Noël d’Avignon… Les effluves sucrées qui flottent dans l’air, les gens joyeux qui se baladent de chalet en chalet. Le soir venu, les illuminations font briller les yeux des enfants…et des plus grands !

Grande nouveauté cette année, le marché de Noël se répartit sur toutes les places d’Avignon…

Place Crillon : vous y retrouverez de la gastronomie haut-gamme avec 7 chalets,
Place des Corps-Saints : ce sont les santons de Provence qui seront à l’honneur.
La place des Carmes : quant à elle vous accueillera avec des sapins de Noël et de la décoration…

Une belle initiative qui vous permettra de découvrir ou redécouvrir les belles places du centre ville d’Avignon.

Jusqu’au 31 Décembre 2014 / Tous les jours de 10H00 à 19H30 / Avignon centre

Cheval Passion

Janvier 2015

Voilà déjà 30 ans que chaque année, une foule de passionnés, connaisseurs ou simples amateurs se rendent à la manifestation devenue incontournable dans la région, c’est le premier spectacle équestre en Europe avec plus de 200 chevaux, 250 exposants, des concours et 90 heures de spectacle, d’animations et de show…

Il est impératif d’assister au moins une fois dans sa vie à un spectacle “Les Crinières d’Or”.

Du 21 au 25 janvier 2015 / Site du parc expo d’Avignon Caumont / Tel : 04 90 84 02 04

 

 

Les Treize Desserts Tradition Provençale

Les Treize Desserts Tradition Provençale

Selon la tradition, une table provençale doit être dressée sur trois nappes blanches, avec trois bougeoirs, symbole de la Trinité, et l’assiette de blé de la Sainte Barbe, symbole du renouveau, sont disposés alors les Treize desserts, évoquant le Christ et les douze apôtres, lors de son dernier repas : la cène.

Jésus, personnifié par la pompe à huile du côté d’Aix ou la fougasse à Avignon et à Arles. Autour de lui les quatre mendiants : noix ou noisettes, amandes, figues sèches et raisins secs représentent, par leur couleur, les habits des moines appartenant aux quatre ordres religieux ayant faits voeux de pauvreté : augustins, carmes, franciscains, dominicains. Le nougat blanc et le nougat noir incarnent les pénitents noirs et blancs.
Les oranges et dattes rappellent l’Orient : l’origine des rois mages. S’ajoute des fruits confits ou de la pâte de coing selon la région (calisson d’Aix, fruits confits d’Apt). Ainsi que quelques fruits frais : Melon de Noël (appelé verdau), pommes et poires.
Ces treize desserts seront accompagnés d’un vin cuit. Il existe quelques variantes.
Chaque famille apporte un peu sa touche personnelle dans le décor, la présentation.
Cette tradition qui perdure depuis des décennies traverse les âges sans une ride, car à chaque époque son style.

Un exemple de table de Noël, très tendance, inspiré par l’Atelier-Galerie du peintre John Gormsen.

Isoline Fontanille / Maître Santonnier de Père en Fille

Isoline Fontanille

C’est à Pujaut que nous avons rencontré Isoline Fontanille. Après avoir fait ses études d’art plastique à Aix-en-Provence, elle se dirige tout naturellement vers le travail de santonnier, un métier qu’exerçait déjà son père par passion. Cela fait maintenant douze ans qu’elle façonne des santons en argile d’une taille variant de neuf à douze centimètres.


Pleine d’entrain et d’une grande sensibilité artistique, elle sait donner une touche de modernité à ses santons, tout en respectant les scènes et personnages traditionnels de la crèche provençale.

Avec minutie, elle s’applique à faire vivre chacun de ses santons qui ont tous une identité propre : chaque détail est mûrement réfléchi; chaque couleur est choisie avec une extrême justesse.

Son secret réside entre autres, dans le fait qu’elle emploie pour peindre des pigments naturels : la lumière est alors mieux captée et donne au santon un aspect à la fois mat et velouté. En les observant, on a l’impression qu’ils prennent vie. Les expressions de leur visage sont si finement travaillées que l’on perçoit totalement leur émotion. Les plissés, dentelles et boutis des costumes sont d’un parfait réalisme. Ses santons évoluent au fil du temps, les positions changent : le chasseur de lapin devient chasseur de grives; la vieille Arlésienne debout, s’assoit pour porter au creux de sa main les offrandes que l’on donne au nouveau-né. Chaque santon a son histoire : le gardian à cheval, le sourcier, la « ravie », la marchande de brousse… Isoline crée de nouveaux personnages tous les ans. Cette année, ce sera Frédéric Mistral, Saint Jacques de Compostelle, le Vagabond, la poissonnière et bien d’autres; ainsi que de nouvelles scènes, des animaux comme des chèvres, taureaux, flamants roses, ânes, béliers, lapins…

N’hésitez pas à rencontrer, sur les marchés, cette artiste : vous pourrez notamment retrouver Isoline au marché de Noël en Avignon. Pour vos commandes, elle fait aussi de la vente directe tout au long de l’année.